SIGN UP & GET 15% off our Stereotype free gifts until Dec 15

Les Histoires de princesses rebelles : La princesse Mkabayi, le pouvoir derrière le trône des zoulous

Beaucoup ont entendu parlé du grand royaume zoulou en Afrique australe. Mais peu de gens connaissent l'histoire de la princesse qui était le pouvoir derrière le trône, une princesse qui a consacré sa vie à protéger les Zoulous. Ici, on vous raconte son histoire. 

 

Gugu Nxumalo, en tant que Princesse Mkabayi, dans la serie de Shaka Zulu en 1986.

Mkabayi Kajama (1750-1840)

Portrait de Mkabayi Kajama

Il était une fois, dans un pays aujourd'hui connu sous le nom d'Afrique du Sud, un roi du peuple zoulou, qui s'appelait Jama. Quand la femme de Jama était enceinte, tout le royaume se réjouissait, attendant avec impatience la naissance d'un nouvel héritier mâle qui pourrait prendre la place de Jama sur le trône. Mais au lieu du fils tant attendu que le royaume désirait désespérément, la reine donna naissance à deux filles jumelles, Mkabayi et Mmama. Dans la culture zouloue, la naissance de jumeaux était considérée comme un mauvais présage, et beaucoup croyaient que leur naissance entraînerait une malédiction des ancêtres sur le royaume tout entier et tous ceux qui y vivaient. Le peuple demanda au roi Jama de se débarrasser de ses filles nouvelles-nées, mais il les aimait trop. Finalement, il ne pouvait pas les tuer. Et ainsi les deux jumelles grandirent et grandirent, mais le peuple zoulou se méfiait toujours d'elles. Chaque fois que quelque chose tournait mal, les gens tenaient les jumelles responsables. Quand la reine mourut sans laisser d'héritier mâle, les Zoulous blâmèrent les jumelles, disant que c'était le début de la colère des ancêtres. 

Tenue de mariage traditionnelle zouloue

Celle des deux princesses qui avait une volonté de fer, Mkabayi, était souvent la principale personne blâmée par les Zoulous. Elle voyait que les gens étaient de plus en plus agités et savait qu'elle devrait trouver une solution pour les satisfaire. Cherchant secrètement la nouvelle épouse de son père, elle le présenta à Mthaniya Sibiya, qui devint bientôt la prochaine reine. Quelques mois plus tard, elle accouchait d’un fils, Senzangakhona Kajama, qui signifie « celui qui agit avec raison ». Les Zoulous avaient enfin leur héritier. Mkabayi avait fait ses preuves aux yeux du roi et du peuple zoulou. C'est ainsi que commença sa longue influence sur la politique du royaume zoulou, qui dura pendant les règnes de quatre rois différents. 

Des danseurs et chanteurs zoulous vêtus traditionnellement fêtent la Journée du patrimoine sud-africain. Crédit @ AFP/CNNN Travel.

Quand son père, le Roi, décéda, le royaume zoulou fut de nouveau en ébullition. Son demi-frère était trop jeune pour prendre le trône. En ces temps de grande incertitude, la princesse Mkabayi agi avec autorité et détermination. Elle se proposa de diriger le royaume pendant que son frère grandissait dans son rôle. Mais à l'époque, on n'avait jamais entendu parler d'une protectrice et d'une conseillère femmeMalgré cela, elle se révéla être une régente très compétente. La plupart des vieilles histoires orales racontent l'histoire de de sa prise en charge et de ses décisions pendant le règne de son demi-frère cadet.Bien que le peuple zoulou fut toujours sceptique à l'égard de Mkabayi, elle se montra à maintes reprises une excellente dirigeante plaçant toujours l'unité du royaume au premier plan. Elle déjoua les attaques contre la vie de son frère et réprima impitoyablement d'autres tentatives de revendication du trône. Finalement, quand son demi-frère fut assez âgé pour diriger le royaume lui-même, elle se retira. Même si elle n'était plus régente, elle continua à s'impliquer politiquement dans le royaume zoulou, utilisant son influence pour aider à prendre des décisions et faire ce qu'elle pensait être le mieux pour les zoulous. Lorsque son frère eut un fils hors mariage, Mkabayi le vit comme une occasion d'avoir un nouvel héritier à la couronne. Elle agit rapidement et, en encourageant la mère à fuir avec son fils, elle les sauva tous les deux. La femme s'appelait Nandi, et son fils Chaka. Pendant tout ce temps, Mkabayi dirigeait un groupe militaire et restait active dans la politique zouloue.

Tenue traditionnelle lors d'un festival zoulou. Crédit @ Debbie Aird Photography

Des années plus tard, à la mort de Senzangakhona, Mkabayi aida son fils, Chaka Zulu, à prendre le trône à la place de ses autres demi-frères. Lorsque Chaka lança un coup d'État pour prendre le contrôle des zoulous, Mkabayi rassembla un soutien politique autour de lui, ce qui mena à une grande renaissance. Chaka réuni de nombreuses tribus en guerre et mis en place de grandes réformes militaires, politiques et sociales pour le bien du pays. L'une de ces réformes était que tous les peuples conquis pouvaient s'intégrer dans le royaume zoulou en pleine égalité avec ses citoyens actuels. Sous le règne de Chaka, le royaume zoulou prospéra et devint un empire, devenant l'un des plus forts d'Afrique australe. Bien que le chef zoulou Chaka soit bien connu, peu de gens connaissent la princesse qui, dans les coulisses, a travaillé sans relâche pour apporter la grandeur à son royaume.

Laura Drewett est la PDG et co-fondatrice de Pourquoi Princesse. Elle est aussi maman d’une petite fille vive et turbulente, et d’un petit garçon calme et câlin. Américaine, elle vit dans le sud de la France avec son mari et ses enfants. 

← Article Précédent Article Suivant →



Laisser un commentaire

Merci de noter que les commentaires doivent être validés avant d’être publiés.