Free Shipping in France on orders over 100€

Les nanas qui déchirent ! : Trois mathématiciennes à afficher au mur !

Saviez-vous que les femmes ont accompli des exploits incroyables dans le domaine des mathématiques ? Nous nous engageons à montrer des femmes extraordinaires qui ont fait des choses exceptionnelles à la génération de filles et de garçons d'aujourd'hui. C'est pourquoi nous vous donnons le ton avec ces brillantes mathématiciennes ; ces trois femmes méritent de voir leur photo collées sur votre mur.

Maryam Mirzakhani

Il n'y a aucun doute là-dessus, la photo de Maryam mérite une place sur votre mur. Maryam est bien connue comme lauréate de la médaille Fields en mathématiques. Elle a été la première, et jusqu'à ce jour, la seule femme à l'avoir reçue. De plus, elle a été la première iranienne à recevoir cet honneur. Elle a fait une déclaration en disant : "J'espère que ce prix inspirera beaucoup plus de filles et de jeunes femmes, dans ce pays et dans le monde, à croire en leurs propres capacités et à devenir les médaillées sur le terrain de l'avenir."

Maryam enfant en Iran. Photo appartenant à Maryam Mirzakhani, Source: Wired Science.

Née à Téhéran en 1977, Maryam a été une pionnière dès le début. Ayant grandi pendant la guerre entre l’Iran et l’Irak, Maryam s'est d'abord intéressée à la lecture et à l'écriture de fiction, jusqu'à ce que son deuxième professeur de mathématiques au collège de Farzanegan découvre son immense talent avec les chiffres. Étudiante en Iran dans une prestigieuse école secondaire pour filles surdouées, elle a été la première fille à faire partie de l'équipe de l'Olympiade nationale de mathématiques. Elle n'a pas seulement concouru ; elle a marqué l'Histoire en recevant une médaille d'or et un résultat presque parfait en 1994 et rebelote l'année suivante avec une autre médaille d'or et cette fois un résultat parfait ! 

Après avoir terminé ses études à la faculté en Iran, Maryam a continué d'impressionner le monde des mathématiques durant ses études supérieures à Harvard. Sous la tutelle de Curtis McMullen, lauréat de la médaille Field, elle a terminé son doctorat en 2004, pour lequel elle a reçu des félicitations pour "sa thèse exceptionnellement créative et très originale", dans laquelle elle a résolu non pas un, mais deux problèmes « insolubles ». Spécialisée en géométrie hyperbolique et topologie, elle a travaillé comme professeur à Princeton, puis à Stanford. 


Malheureusement, Maryam a quitté ce monde trop tôt à la suite d'un cancer du sein qui lui a coûté la vie à l'âge de 40 ans. Elle ne sera pas oubliée. Le travail de Maryam a été révolutionnaire et inspirera bien des générations à venir. Elle a montré au monde qu'une fille peut faire tout ce qu'elle veut - un exemple fabuleux pour sa propre fille pour toutes les filles !

Katherine Johnson

Katherine G. Johnson, à NASA en 1966

Pour sa plus grande partie, le monde a découvert Katherine Johnson dans le film Les Figures de l’ombre de 2016, mais la vie de Katherine a été remplie de réalisations révolutionnaires qui ont bouleversé le statu quo, chacune étant remarquable en soi. Née en 1918, Katherine Johnson provoque une grande admiration. Dès l'enfance, le talent de Katherine pour les chiffres était évident. Elle travailla dur et excella, allant au lycée à seulement 10 ans. À l'âge de 18 ans, elle obtint son diplôme en mathématiques et en français avec la plus haute distinction du West Virginia State College. Elle poursuivit ses études lorsqu'elle fut choisie comme l'une des trois étudiantes afro-américaines à s'intégrer à un programme d'études supérieures à l'Université de Virginie de l’ouest. 

 

Katherine Johnson à NASA pendant les années 60s

Katherine se retira de ses études pour fonder une famille, mais sauta sur l'occasion de travailler pour la NASA quand elle se présenta en 1953. Là-bas, elle travailla dans l'unité West Area Computing, un groupe de femmes afro-américaines qui calculait manuellement des calculs mathématiques complexes. À l'époque, la NASA était soumis à la ségrégation, ce n'était donc pas toujours facile pour Katherine. Comme son talent était si brillant, elle a été transférée plus tard au groupe opérationnel spatial. 

 

Katherine chez elle à Hampton en Virginie en 2016, Crédit photo: Annie Leibovitz.

Katherine travailla sur les calculs liés à certaines des missions spatiales les plus célèbres de tous les temps. Comme : Le lancement de Freedom 7 d'Alan Shepard mettant le premier astronaute américain dans l'espace en 1961, la mission Friendship 7 de John Glenn qui en a fait le premier astronaute américain à orbiter autour de la Terre en 1962, et l'atterrissage d'Apollo 11 en 1969 qui a envoyé les trois premiers hommes sur la Lune. Une erreur dans ses calculs correspondait littéralement à la différence entre la vie et la mort, mais Katherine a toujours été à la hauteur. 

 

Katherine Johnson à la réception de la la Médaille présidentielle de la liberté  en 2015. 

À l'âge de 97 ans, Katherine a reçu la plus haute distinction décernée à un civil américain lorsque le président Barak Obama lui a décerné la Médaille présidentielle de la liberté. Un an plus tard, la NASA a inauguré un bâtiment en son honneur. Quelle façon de terminer une carrière déjà étonnante. Briser les plafonds de verre et envoyer les premières personnes sur la lune - Katherine Johnson est un modèle à suivre pour vos enfants. 

Karen Uhlenbeck

Karen, lauréate du prix Abel en 2019, Photo appartenant à Andrea Kane, Institute for Advanced Study

Karen Uhlenbeck, professeure et mathématicienne américaine, elle est une combattante féroce pour l'égalité des genres dans les domaines de mathématiques et de sciences. En tant que modèle pour les jeunes femmes du monde entier, le message qu'elle leur transmet est que " les personnes imparfaites peuvent encore réussir ". Ses recherches ont mené à certaines des découvertes mathématiques les plus révolutionnaires de son temps, et elle a été une pionnière dans le domaine de l'analyse géométrique. 

Karen en 6ème, Crédit photo : The MAA.

Née dans la campagne dans l’Ohio aux États-Unis en 1942, Karen était passionnée dès le plus jeune âge par la lecture, et en particulier par la lecture de livres scientifiques. Initialement inscrite à l'Université du Michigan pour étudier la physique, elle a ensuite changé pour le domaine des mathématiques, heureusement ! Après avoir obtenu son doctorat de l'Université de Brandeis en 1968, elle obtenu plusieurs postes en CDD, mais à l'époque, il était très difficile pour une femme de trouver un emploi dans le domaine des mathématiques. Karen se souvient : "On m'a dit, en cherchant un emploi après mon année au MIT et deux ans à Berkeley, que les gens n'embauchaient pas de femmes, que les femmes étaient censées rentrer chez elles et avoir des enfants. Donc les endroits intéressés par mon mari - MIT, Stanford et Princeton - n'étaient pas très motivés pour m'engager."

Karen en 1982. Crédit photo: George M. Bergman, via Wikimedia Commons: (http://owpdb.mfo.de/detail?photo_id=6141) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft\ /fdl.html)].

En 1983, elle a reçu une bourse MacArthur et a déménagé à l'Université de Chicago pour y enseigner. En 1988, elle est devenue professeure à l'Université du Texas, à Austin. 

En 2019, Karen a reçu le prix Abel pour les mathématiques, l'équivalent d'un prix Nobel pour « l'impact fondamental de son travail sur l'analyse, la géométrie et la physique mathématique », et elle est devenue la première femme à recevoir ce grand honneur. Karen se rend compte qu'elle faisait partie de la première génération de femmes à avoir la possibilité d'exceller dans le monde des mathématiques, et elle ne prend pas cela à la légère. La photo de Karen mérite d'être collée sur votre mur non seulement pour ses prouesses en mathématiques, mais aussi pour sa voix forte pour l'égalité des genres dans le domaine des mathématiques. Elle enseigne aux filles non seulement qu'elles peuvent réussir en mathématiques, mais aussi qu'une fois qu'elles commencent à réussir, il est important de parler pour que les autres puissent suivre. 

N'oubliez pas de coller la photo de ces trois nanas qui déchirent sur le mur de votre enfant. Apprenez à vos filles à être des femmes qui osent faire l'impossible et à faire entendre leur voix pour que les filles de l'avenir puissent faire de même. Apprenez à vos fils à respecter les femmes parce qu'elles ont accompli des choses incroyables !

 

← Article Précédent Article Suivant →



Laisser un commentaire

Merci de noter que les commentaires doivent être validés avant d’être publiés.